Bullet Journal & Coaching : quel rapport ?

Mis à jour : 9 nov. 2018


Bullet Journal. Bu… Quoi ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, le Bullet Journal est l’un des loisirs créatifs du moment. Maniaque du contrôle ou fou (folle) de l’organisation s’arrache ces petits carnets à feuilles pointillées pour y déposer leur vie. Le principe est simple : c’est un moyen créatif d’organiser sa vie personnelle, professionnelle ou tout autre domaine. Un carnet, un crayon et quelques feutres suffisent pour se lancer.



Pourquoi je l’associe au coaching ?

Dans le monde du développement personnel, nous apportons une grande importance à l’écriture. Que ce soit aussi bien pour le coach que son client, il est primordial de toujours avoir avec soi un carnet et un crayon pour y résumer la séance. Les exercices d’écriture ne manquent pas non plus, et les résultats obtenus sont la preuve de l’efficacité de cet outil.


Le Bullet Journal est basé sur le même principe : déposer sur une feuille ses idées, ce que l’on doit faire, ses motivations, ses listes. Ecrire est une manière de matérialiser et de contextualiser ses pensées. Cela nous permet également de les visualiser et de prendre du recul. Le Bujo (surnom du Bulllet Journal), rajoute à ce travail d’écriture une dimension créative, qui permet à chaque bullet journalist de façonner ses pensées, et de s’approprier cet outil de vie.



De plus, c’est un moyen de faire une pause dans sa journée. La société actuelle a tendance à courir partout, tout le temps, pour tout. Il me plait au bureau lors des pauses, quand certains sortent s’en griller une, ou quand d’autres traitent les mails en retard, d’ouvrir mon Bujo et de prendre le temps de remplir la journée de la veille. Cela me permet de souffler le temps de quelques minutes, de me recentrer sur moi même et de savoir ce que j’ai fait et ce qui est prévu pour le reste de la journée.



Aujourd’hui ce petit carnet me suit partout. Incapable de le lâcher, il est devenu ma ligne de vie. Cela fait plus d’un an que je m’y suis mise. De nature à me lasser très vite, j’étais convaincue que cette lubie allait me passer. En réalité elle n’a fait que prendre de l’importance dans mon quotidien. Inutile de se forcer, ça ne sert à rien. En effet, il m’arrive de ne pas l’ouvrir pendant quelques jours car je n’ai pas le temps, ou tout simplement parce que je n’y pense pas. Mais j’ai plaisir à le retrouver à la fin de la journée ou avant d’aller me coucher, le temps de faire un retour sur les jours qui se sont écoulés et de rêver des prochains qui vont arriver.

Abonne toi à la Newsletter !

@babe.coach

Réalisé par Cassandre GALLOIS ©2020 - Tous droits réservés