J’ai du mal à tenir mon bullet journal au quotidien

Récemment j’ai eu beaucoup de retour de bulletjournalists en herbe qui me disaient avoir du mal à tenir leur bullet journal au quotidien. C’est vrai que comme toute routine, il faut savoir la mettre en place et surtout apprendre à s’y tenir.


Première chose à faire quand vous voyez que vous avez du mal à checker votre bullet, que ce soit quotidiennement, tous les trois jours ou à la fin de la semaine, demandez vous dans quel but vous tenez ce carnet. Quand vous faites quelque chose en général vous le faites avec une intention bien particulière. Cela doit être le même principe avec votre bujo. Cette intention va être différente en fonction de chaque personne.


Exemple :

Dans mon cas mon bullet journal a une double utilité mais une seule intention : articuler ma vie personnelle en fonction de ma vie professionnelle et vice versa. Pourquoi double utilité ? Dans un seul carnet je gère et organise ma vie personnelle et professionnelle.

La première “cause” qui vous empêche d’être assidû peut être purement un manque ou une erreur d’intention. Essayer de vous poser alors les bonnes questions. Quelle(s) intention(s) je peux y mettre ? Qu’est ce que ce carnet et le fait de le tenir peut m’apporter ?  Pourquoi ai-je besoin de tenir un bullet journal ou pourquoi ai-je envie d’en tenir un ?


Si en répondant à toutes ces questions vous arrivez à obtenir des réponses rapides et positives, vous aviez simplement besoin de faire un point sur vos intentions. Vous pouvez passer directement à la partie ci-dessous. Si vous avez des réponses toujours rapidement, mais vous vous rendez compte qu’en fait le bullet journal n’est peut être pas adapté à vous ou ne répond pas à vos besoins, arrêtez de perdre du temps et de l’énergie avec un outil qui ne vous correspond pas.


Si par contre vous mettez un peu plus de temps, vous cherchez ces fameuses intentions à tenir votre bullet journal, prenez le temps d’analyser votre quotidien et comment vous fonctionnez. Vous pourriez peut être en avoir besoin pour gérer votre budget, avoir un visuel de votre suivi sportif pour vous améliorer ou simplement un agenda sur-mesure et adapté à votre quotidien ? Si en effet vous y trouvez un intérêt, je vous invite à poursuivre cette lecture !


Le choix du matériel est primordial


On y pense pas assez, mais le choix de votre matériel ainsi que de vos outils, a une répercussion direct sur votre travail. En effet j’y ai déjà fait référence dans le précédent article (c.f Comment se créer un espace de travail n’importe où). Ce principe du choix de matériel est également, et je dirai même SURTOUT applicable au bullet journal.

Le choix de votre carnet, de votre stylo, de vos feutres, crayons et autres outils doivent être en adéquation avec vous et vos besoins. Si vous avez commencé votre bujo dans un carnet ou un cahier que l’on vous a offert il y a des années mais que vous n’aimez pas, courrez vous en acheter un adapté à vos goûts et à votre quotidien. Si vous utilisez d’anciens feutres qui font des traces ou alors vous n’avez pas les bonnes couleurs, allez les tester en magasin et demandez conseils. Si vous travaillez sur des feuilles à lignes alors que vous avez du mal à mesurer et créer de beaux visuels plus ou moins harmonieux, essayez les feuilles à pointillés.


Je me cherche des excuses


Comme dans toute routine au début on se cherche beaucoup d’excuses pour la contourner. Tenir un bullet journal c’est se poser cinq, dix minutes dans sa journée. Vous allez vous dire que vous n’avez pas le temps de faire ou que vous avez plus important à faire. Que vous aurez le temps ce weekend, sans y croire réellement. Tout ça va vous rendre coupable et vous contraindre à rester dans un sentiment désagréable avec une sensation d’inachevé.


Alors tenez vous à votre bullet journal et profitez ! Le bujo est un moyen de prendre du temps pour vous, de faire le point et d’optimiser votre quotidien. C’est un guide, un coach personnel, servez vous en. Sachez qu’il évoluera en fonction de vous et de vos besoins. Cela ne doit jamais devenir une source de culpabilité ou de contrainte. Bien au contraire ! Si jamais vous ne sentez pas le besoin ou l’envie de le faire, pas de soucis, terminez simplement de compléter votre journée pour savoir où vous vous arrêtez pour le reprendre plus facilement pas la suite. Pensez à aller toujours au bout des choses et au minimum de boucler votre journée.


Exemple :

La plus longue période où j’ai laissé fermé mon carnet est quand j’ai déménagé. Je savais que je n’allais pas avoir le temps de le compléter et que je n’avais aucun intérêt à me créer mes semaines alors que je serai dans les cartons. Mon attention était ailleurs et mes repères bousculés. Mon organisation allait donc changer, j’avais besoin avant de reprendre mon bujo, de découvrir ce nouvel environnement de travail, de me l’approprier pour ensuite pouvoir gérer et ma vie personnelle, et ma professionnelle.

Simplement pour terminer, pensez que le bullet journal est un outil d’organisation. Ce n’est pas le seul. Il se peut qu’il ne convient pas à tout le monde pour plusieurs raisons. Si vous pensez que c’est un outil qui est adapté à vos besoins, partez du principe qu’il doit contenir des éléments et des outils adaptés à votre vie. Utilisez des carnets et matériaux qui vous rendent heureux. Enfin, ne culpabilisez pas si vous faites des pauses. Comme pour tout ça fait du bien et ça peut être bénéfique.

Abonne toi à la Newsletter !

@babe.coach

Réalisé par Cassandre GALLOIS ©2020 - Tous droits réservés